Investir dans le cacao

Faut-il investir dans le cacao ? Le changement climatique pourrait affecter la production de cacao. L’énorme besoin mondial en pétrole augmente d’année en année. L’approvisionnement en cacao pourrait être menacé de plusieurs façons. Vous vous souvenez peut-être de la controverse qui a éclaté il y a quelques années lorsque des scientifiques ont prédit que le monde serait à court de pétrole d’ici 30 ans. Cette prédiction s’expliquait par le fait que l’augmentation des températures dans les zones de culture  menaçait les plants de cacao. Il s’avère que cette histoire n’était pas tout à fait exacte.

La situation climatique

C’est l’un des principaux facteurs à prendre en compte lorsqu’on envisage d’investir dans le cacao. Cette plante ne peut pousser que dans les régions tropicales où le sol est très humide et bien drainé. Elle a besoin de précipitations presque constantes pour l’aider à se développer. L’Amérique latine et certaines parties de l’Afrique sont les régions où l’on cultive le plus le cacao. Traditionnellement, la Côte d’Ivoire et le Ghana sont les pays d’où proviennent 50% de l’approvisionnement mondial. Les pays proches de l’équateur sont le meilleur endroit pour développer ces plantes.

L’Equateur, le Nigeria, le Brésil et le Cameroun sont d’autres endroits où elle se développe. Toute rupture dans les conditions météorologiques peut avoir un impact sur les récoltes. Un été sec ou des températures trop élevées ou trop basses sont à prendre en compte si l’on veut prévoir l’évolution des coûts.

Facteurs d’offre et de demande

Bien que le cacao soit cultivé principalement dans les pays d’Afrique et d’Amérique latine, les plus gros importateurs se trouvent en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Il faut jusqu’à 600 fèves de cacao pour fabriquer un kilogramme de chocolat. 20 % du chocolat mondial est consommé aux États-Unis et 50 % de toutes les ventes au détail se font en Europe. Bien qu’ils produisent tant de cacao, les Africains ne représentent que moins de 5 % de la consommation de chocolat. La consommation mondiale de fèves de chocolat chaud dépasse les 4,5 millions de tonnes, bien que les chiffres exacts soient difficiles à tenir. Ce qui est évident, c’est que notre envie de friandises chocolatées n’est pas prête de disparaître.

La production n’a cessé de croître d’année en année, même si elle a légèrement diminué, passant de 4,7 millions en 2016/17 à 4,65 millions l’année suivante. La demande est énorme et devait continuer à croître, l’Asie figurant parmi les principaux marchés émergents. Les fabricants de cacao peuvent-ils répondre à la demande ? . La déforestation est devenue un problème, les agriculteurs cherchant à libérer davantage de terres pour planter cette précieuse culture. L’Union européenne cherche à adopter une législation d’ici 2022 pour promouvoir la culture durable du cacao. En tant que premier importateur mondial de ce produit, sa toute nouvelle législation pourrait entraîner des changements importants sur le marché. Si le coût de la culture du cacao, il est probable que cela se répercute sur les consommateurs.

Le prix du cacao

Le prix du cacao. Après avoir examiné la toile de fond, il est temps d’examiner le prix des fèves de cacao. Au moment où nous écrivons ces lignes, il s’élève à 2,495 $ la tonne. En outre, il est exprimé à 2,60 $ par kilogramme. Ce prix a augmenté assez régulièrement ces derniers temps. En août, il était de 2,19 dollars par kilogramme. Début 2018, le prix de la fève de cacao était inférieur à 2 $. Nov 2015 a été son plus haut actuel, à 3,36 $. Est-ce le moment d’acheter ? . L’épidémie de coronavirus a profondément affecté les marchés mondiaux.

Est-ce le moment d’acheter ?

Néanmoins, les nations où les fèves ont été produites sont parmi les moins touchées à ce jour. La demande de chocolat ne va pas ralentir de sitôt. En fait, la population mondiale augmentant rapidement, le principal problème est de répondre à la demande. Tout problème de chaîne d’approvisionnement pourrait entraîner une hausse significative des prix. Il s’agit d’un choix solide à risque faible ou moyen, avec une possibilité d’augmentation des prix si la crise sanitaire mondiale s’aggrave ou si le changement climatique pose des problèmes aux agriculteurs.

Laisser un commentaire

67 + = 72